Congrès des filiales françaises en Allemagne (24 septembre 2015)

Aspects économiques :

L’Allemagne affiche un excédent commercial annuel de 240 Milliards € ; 70% des exportations allemandes sont liées à l’importation de pièces en provenance d’autres pays. Donc, l’excédent commercial allemand serait bon pour ses voisins.

Depuis 2009 avec le développement de la consommation intérieure liée à la hausse des salaires, l’Allemagne a 8% de croissance (rattrapage après plusieurs années de faible croissance) et a créé 1,2 million d’emplois.

La France détient 4 000 filiales en Allemagne, lesquelles emploient 400 000 personnes. Ainsi, l’Allemagne accueille 30% de nos filiales en zone euro et 10% de nos filiales dans le monde.

La Rhénanie du Nord Westphalie (NRW) accueille 25% des nouvelles implantations en Allemagne
L’Allemagne est le 1er marché export pour le secteur alimentaire et le 2èmepour le secteur médical. (les dépenses de santé correspondent à 11% du PIB allemand et s’accroissent de 3% par an).

Chine : en 15 ans, avec 10% de croissance annuelle, la Chine a triplé sa puissance économique et est depuis 2014 le 1er investisseur en Allemagne, devant les USA, la Suisse puis la France. La Rhénanie du Nord Westphalie a accueilli 79 projets chinois en 2014 contre 15 projets français.

Idée pour l’attractivité : la Rhénanie du Nord Westphalie remet chaque année un prix au meilleur investisseur « NRW Invest Award ».

Réfugiés

La majorité n’a pas une formation adéquate. Il faut en moyenne 5 à 6 ans pour qu’environ 75% des immigrés (réfugiés) trouvent un emploi. Il existe aujourd’hui dans le monde environ 60 millions de réfugiés en recherche d’un lieu d’accueil.

Avenir des entreprises du Mittelstand (ETI) :

Le président du BVMW (Bundesverband Mittelständische Wirtschaft) qui comprend 250 000 entreprises et 9 millions de salariés affirme que le futur est au digital. Les entreprises, même matures, qui ne s’en rendent pas compte pourraient avoir disparu d’ici trois ans.

Traité transatlantique : l’Interpénétration des économies est telle que le protectionnisme n’a plus aucun sens. En revanche, le Mittelstand doit absolument être partie prenante aux discussions.

Luc Julien-Saint-Amand
CCEF Alsace

Powered by WordPress | Designed by: Dog Groomer | Thanks to Assistant Manager Jobs, Translation Jobs and New York Singles